Termes et définitions


Aération:

Dispositif créé dans un endroit localisé pour assurer la salubrité du volume concerné.

Allège:

Élément compris entre le niveau du plancher et l’appui d’une baie; l’allège a la même largeur que la baie.

Appui coulé:

Ouvrage en béton réalisé sur le chantier, dans la baie, par le maçon.

Appui reconstitué:

Disposition réalisée sur le chantier permettant la mise en appui vertical de la menuiserie. Il s’agit généralement de profilés acier, fixés horizontalement sur le gros oeuvre, et pouvant être renforcés par des pattes à gousset.

Baie:

Ouverture dans un mur limitée par des plans généralement perpendiculaires aux plans du mur.

Bandes pré-comprimées:

Bandes de mousses polyuréthane ou polyester imprégnées d’une résine et destinées à être insérées entre menuiserie et gros oeuvre.
Souvent appelées Compriband, elles sont conditionnées en rouleaux et se décompriment lors de leur mise en oeuvre pour assurer l’étanchéité à l’air ou à l’eau.

Bavette:

Bande ou feuille de métal ou matériau de synthèse rapporté sur un ouvrage ou une jonction d’ouvrages pour abriter des eaux de pluie et protéger la partie verticale de cet ouvrage du ruissellement des eaux.

Bloc-baie ou bloc-fenêtre:

Ensemble autonome assemblé d’une fenêtre avec son coffre ou d’une fenêtre avec sa fermeture. Cet ensemble est l’objet d’une seule commande. L’ensemble est posé en une seule opération assurant le clos du bâtiment.

Bloc porte extérieur:

Porte séparant les ambiances intérieures et extérieures, participant à l’enveloppe du bâtiment, comportant à la fois, lors de la commercialisation, son dormant (bâti / huisserie) et son vantail (ou ses vantaux). Si ce bloc porte comporte un seuil une fois posé, celui-ci fait partie intégrante de la conception de ce bloc porte, en particulier si celui-ci revendique une performance d’étanchéité (à l’air, à l’eau, acoustique, etc.)

Cales:

Petites pièces de bois ou de plastique permettant de positionner la fenêtre dans le gros oeuvre.

Cales d’assise:

Cales positionnées sous la menuiserie et permettant la mise à niveau horizontal.

Calfeutrement:

Garnissage d’un joint séparant deux éléments : par exemple mur / dormant de fenêtre, dont la fonction principale, dans ce document, est d’assurer l’étanchéité à l’eau et / ou à l’air. Un tel calfeutrement est souvent appelé : garniture d’étanchéité.

Calfeutrement humide renforcé:

Calfeutrement exécuté au mortier de liant hydraulique renforcé par une rainure destinée à recevoir un mastic d’étanchéité.

Certification:

Marque de qualité attribuée aux produits répondant aux spécifications techniques de la marque NF.

Châssis:

Cadre rectangulaire, vitré ou non, mobile ou fixe.

Clameau:

Pièce métallique équipée d’un goujon et d’un écrou, permettant de fixer la patte sur le dormant d’une menuiserie PVC ou Aluminium, sans devoir percer ce dernier.

Clippage:

Le clipage est un assemblage mécanique de deux pièces par un emboîtement pour lequel le démontage ne peut se faire que par une intervention manuelle volontaire. Les pattes de scellement destinées aux menuiseries ALU et PVC sont des pattes dites « à clipper ».

Cochonnet:

Après pose d’une fenêtre, partie des montants et de la traverse haute du dormant restant visible de l’extérieur.

Compriband®:

Marque déposée,  utilisée communément pour désigner les bandes pré-comprimées.

Coupure de pont thermique:

Egalement rupture de pont thermique (RPT). Élément isolant utilisé pour réaliser une discontinuité entre deux parties de profilés aluminium afin d’en améliorer les performances techniques. Pour conserver cette rupture, on utilise des cales de pont thermique lors de la pose.

Délardage:

Action de découpe d’une pièce de la menuiserie (souvent l’appui) pour en faciliter la pose.

Dormant:

Châssis fixé à la maçonnerie. Sur le dormant d’une fenêtre s’articulent un ou plusieurs vantaux.

Dressage:

Egalement appelée, ragréage, opération de reprise du gros oeuvre pour le rendre conforme aux tolérances admises de la baie.

Ébrasement:

Biais ou évasement donné aux côtés intérieurs des tableaux pour faciliter l’ouverture des vantaux ou donner plus de lumière.

Embrasure:

Espace libre aménagé dans l’épaisseur d’un mur pour recevoir une fenêtre. Les côtés de l’embrasure sont appelés tableaux.

Ensemble menuisé ou fenêtres composées:

Ensemble constitué de plusieurs vantaux accolés ou superposés, fixes ou mobiles, séparés par des parties dormantes (meneaux ou traverses), le tout étant préfabriqué en atelier et livré tout monté sur le chantier. Un ensemble menuisé peut n’avoir qu’un seul bâti dormant périphérique ou être constitué d’un assemblage de différents sous-ensembles ayant chacun leur dormant. Mais dans un ensemble menuisé cet assemblage est effectué en atelier avant livraison sur chantier.

Feuillure:

Forme à deux pans perpendiculaires d’un profil de menuiserie. Il existe une feuillure dans l’ouvrant et dans le dormant.

Fond de joint:

Élément qui limite la profondeur et définit le profil arrière du produit de calfeutrement. Il permet :
· de déterminer le volume du mastic constituant le calfeutrement du joint ;
· d’assurer un travail du mastic sur deux faces sensiblement parallèles ;
· d’exercer une pression sur le mastic (lissage) pour assurer un contact optimum du mastic avec les deux faces
à étancher.
Une fois le mastic sec ou réticulé, le fond de joint n’a plus de fonction.

Fourrure:

En pose en rénovation, une fourrure est une pièce en bois fixée et calfeutrée sur l’ancien dormant, permettant de reconstituer un appui convenable du dormant de rénovation.

Fourrure d’épaisseur ou fausse tapée:

Profilé ajouté sur le dormant d’une fenêtre afin de lui donner plus d’épaisseur. On utilise par exemple de telles fourrures d’épaisseur dans le cas d’un dormant d’épaisseur plus faible que celle de l’isolant périphérique.

Garde à l’eau:

Disposition ou dispositif d’un profilé, constitutif d’un cadre d’une fenêtre, situé à l’arrière de toute zone susceptible de recevoir de l’eau d’infiltration accidentelle ou non et empêchant celle-ci de progresser ou de cheminer vers l’intérieur du local.
Il existe principalement des gardes à l’eau sur les traverses des dormants des fenêtres ouvrant vers l’intérieur ainsi que sur les feuillures horizontales destinées à recevoir un remplissage tel un vitrage surtout dans le cas d’un parclosage intérieur.

Gros oeuvre:

Ensemble des ouvrages assurant la stabilité et la résistance de la construction.

Habillage:

Élément de menuiserie (intérieur ou extérieur) permettant la finition et l’esthétique d’un ouvrage.

Joint:

Espace libre entre deux éléments de même nature ou de nature différente, parfois appelé joint creux.

Lasure:

Traitement de protection, non filmogène, des ouvrages en bois.

Mastics

Matières douées de plasticité et d’élasticité, utilisées pour le calfeutrement des menuiseries. Conditionnés en cartouches, leur mise en oeuvre s’effectue par extrusion avec un pistolet adapté à cet usage. Il existe deux types de mastics utilisables en menuiserie pour le calfeutrement: les mastics plastiques et les mastics élastomères.

Meneau:

Désigne un profilé dormant vertical comportant de part et d’autre des éléments vitrés fixes ou ouvrants.

Ouvrant:

Partie mobile d’une fenêtre, qu’elle soit à frappe ou coulissante.

Pièce d’appui:

Traverse basse du dormant d’une fenêtre en contact avec le gros oeuvre. La pièce d’appui est conçue pour un système de fenêtre, elle peut être monobloc ou en deux parties.

Pattes de fixation:

Patte-équerre ou contre-coudée ou plate, assurant la jonction de la menuiserie au gros oeuvre. Les pattes de fixation utilisées pour la pose des menuiseries doivent indiquer leur résistance admissible.

Plan de pose:

Surface du gros oeuvre sur laquelle s’effectuent la fixation et le calfeutrement de la menuiserie.

Porte extérieure:

Doit être interprété comme un ensemble vantail et dormant associé, ensemble parfois appelé bloc porte.

Porte-fenêtre:

Fenêtre permettant le passage des personnes.

Pose en applique:

Mise en oeuvre de la menuiserie sur le plan vertical du mur.

Pose en tableau:

Mise en oeuvre de la menuiserie réalisée dans l’épaisseur du mur.

Rejet d’eau:

Profilé horizontal rapporté sur la traverse basse des vantaux ouvrants faisant office d’arrêt d’eau.

Rejingot:

Relief de l’appui d’une baie maçonnée ou en béton destiné à recevoir la traverse basse de la fenêtre.

Réhabilitation:

Opération visant à remettre à niveau les performances d’un ouvrage ou d’un bâtiment.

Seuil:

Le mot seuil peut être utilisé pour désigner :
· soit la traverse basse du dormant d’une porte-fenêtre ou d’une porte extérieure ;
· soit la partie basse d’un encadrement de baie destinée à recevoir une porte ou une porte-fenêtre, dans ce cas le seuil est généralement maçonné.

Tableau:

Élément de maçonnerie, retour de jambages latéraux de la baie, perpendiculaire au plan de la baie.

Tapées:

Pièces de menuiseries verticales fixées sur la face extérieure de la fenêtre pour y fixer des persiennes. Est différente de la fausse tapée (fourrure d’épaisseur).

Traverse:

Désigne un profilé dormant ou ouvrant positionné horizontalement. On distingue :
- Les traverses intermédiaires qui comportent de part et d’autre des éléments vitrés ou opaques, fixes ou ouvrants.
- Les traverses basses et hautes, fixes ou dormantes, à proximité ou fixées au gros oeuvre.